Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu en un clic | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Vitré

Menu principal

En un clic !

AccueilEn un clic ! > ActualitésJournées Européennes du patrimoine
Flux RSS

Journées Européennes du patrimoine

Publié le 27 août 2019
JPEG - 14 ko

Une histoire singulière

Pour contempler ce géant de pierre, direction l’église Notre-Dame qui n’est autre que la voisine de cet hôtel construit au 16e siècle par Etienne Ringues de la Troussannais, commerçant et descendant d’un fondateur de la confrérie des marchands d’Outre-Mer. Son volume et son emplacement, aujourd’hui au 27, rue Notre-Dame, font de la demeure l’hôtel particulier le plus prestigieux de la cité. En 1746, Hardy, sieur des Rochers, en devient le propriétaire. Puis, en 1791, l’Hôtel est acquis par Jeanne Du Velaër, descendante d’une famille d’armateurs malouins et sœur du comte du Lude, directeur de la Compagnie des Indes. Femme pieuse, elle fonde au sein de cette demeure « La Marmite des pauvres » desservie par des Sœurs Grises de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul. Symbole de richesse au début de sa vie, le bâtiment accueille alors les malades, soignés et secourus. L’Hôtel Ringues est inscrit aux Monuments Historiques en 1926, puis classé en 1942. Les religieuses parties en 1972, le Centre Communal d’Action Sociale s’y installe en 1980.

Un détail de jour

En arrivant devant l’Hôtel Ringues, levez les yeux et recherchez les béliers, surtout leurs cornes, qui prennent la pause sur plusieurs moulures et sur le portail. On retrouve l’animal dans les mythes antiques comme dans la quête de la toison d’or, mais également sa représentation au Moyen-Âge et à la Renaissance. Le bélier symbolise le cycle de la vie, des saisons et de la fertilité mais aussi la sagesse ou la protection du lieu qu’il garde avec ses cornes.

Un détail de nuit

Comme mentionné dans un des précédents paragraphes, l’Hôtel Ringues est acquis par Jeanne Du Velaër à la veille de la révolution française pour y fonder « La Marmite des pauvres », desservie par les Sœurs de la Charité. Elle y fait installer une apothicairerie, ancêtre de nos pharmacies. Pour reprendre à la fois la thématique de la Marmite des pauvres et celle de la pharmacie avec des pots où poussent des plantes médicinales, une Vitrégraphie animée est projetée sur les murs de l’Hôtel Ringues.

Ce site utilise des cookies. Les cookies sont des fichiers enregistrés sur votre terminal lors de votre visite sur le site. Vous pouvez accepter ou refuser leur dépôt.
Préférences de confidentialité

Cookies obligatoires

Cookies analytiques

Politique de confidentialité